lundi 29 septembre 2014

Love Supreme (R.I.L Cyrielle & Alec Wildey)




C’est la plus vieille histoire du monde. Boy meets girl sur un fond de Rock Progressif.
Lui aux Etats-Unis, elle en France.
Il fait des photos et écrit des poèmes. Ils correspondent grâce à la technologie de l’Internet.
Ils se plaisent et se retrouvent dans un compromis dans le pays plaisant et vert.
La magie de nos réseaux sociaux fait que je suivais son histoire de temps à autre au gré des mises à jour.
Et les derniers temps c’était beaucoup d’hôpital avec son compagnon.
Sur les photos publiées, il paraissait pale, coiffé d’un bonnet, le visage creusé.
La déduction fut rapidement confirmée. Il souffrait d’un cancer. A un lymphome, a suivi un cancer de l’estomac.
Incurable.
Ils se marient, lui 26 elle 25. Luttant contre la maladie de toutes leurs forces, joint par la famille.
Puis un appel de fond est envoyé aux contacts pour préparer ses obsèques qui maintenant allaient être proches.

Arrive le mois d’août quelques semaines plus tard. Les messages se font plus réguliers, il ne lui reste que quelques jours.
Puis le coma. Elle lui passe ses disques préférés.
Et il décède.
Je ne le connaissais pas du tout mais je ne peux me sentir triste pour elle.
Elle poste un message comme quoi leur amour méritait plus que 6 mois de maladie, que c’était par amour et foi et non chagrin et que les réponses étaient là, avec un lien vers Lulu.com pour un livre en print by demand.

Et peu après ses obsèques, un message sur la liste sur ce geste irréparable.
Je passe sur son profile et je vois les trois lettres terrible qui s’affichent. R.I.P.
Les commentaires dissipent hélas rapidement les doutes.
Elle est partie le rejoindre.
Son dernier message prend une nouvelle dimension.
Je découvre ça en pleine insomnie, en vacances à 5 heures du matin.
J’ai l’impression de passer à travers les 5 stades du chagrin avant que le soleil ne se lève. Incrédulité, chagrin, marchandage, colère et acceptation.
Je n’ai pas forcément besoin d’acheter son livre pour savoir et comprendre.
Je l’imagine bien.
Reste que malgré tout, une partie de moi est toujours en colère.
Comprenez-moi ce n’est que mon ressenti, loin de toute polémique sur le suicide et je présente encore toute mes plus sincères condoléances aux familles.
Mais je reste en colère, et je me pose des questions.
L’as-tu mis au courant de ton projet ? A-t-il essayé de t’en dissuader ? Et pourquoi n’as-tu pas voulu rester pour perpétuer sa mémoire et son œuvre ?
Je me doute que pour toi, cet amour était suprême et se devait de transcender la mort et la maladie. Au point même de laisser derrière toi tous ces nouveaux albums qui allaient sortir, toi qui faisait concerts sur concerts à travers les pays. Le nouveau lunatic soul, le nouveau Opeth, un prochain Steven Wilson…
Cela parait futile et pourtant la musique était très importante pour vous, probablement le lien qui vous a réuni. Tu lui passais ses albums préférés jusqu’à la dernière minute.… Je me demande quel disque tu as choisi pour toi…
Oui je comprends et oui je suis en colère. Pourquoi ne pas choisir de continuer cet amour de ce côté, même si c’est toujours dur pour ceux qui restent.
Mais j’imagine que, comme tu l’as mis sur ton mur, ce n’est pas une histoire de tristesse et de chagrin mais d’amour et de foi. Que votre amour perdure dans l’au-delà, ailleurs. Tu n’auras pas voulu attendre et continuer d’écouter de la musique. J’espère sincèrement que tu as raison et que vous vous êtes retrouvés.
Reposez en Amour, Rest in Love.

Aucun commentaire: