mercredi 31 décembre 2008

...and a happy new year !

Bien sur je ne pouvais pas me passer d'un post de nouvelle année pour débuter ce blog. Le nouvel an. Comme tout bon artiste ayant une volonté de remuer les habitudes, de détruire les idées toutes faites, de secouer les traditions pour éviter la sclérose ou comme tout bon adulescent mal dégrossi aux illusions de grandeur, je n'aime pas le nouvel an.
Je n'aime pas le coté conventionnel du" faisons la fête car c’est le nouvel an", "souhaitons nous de bonnes fêtes à tous ces gens à qui on ne demande quasiment rarement de nouvelles le reste de l'année." Réunissons les familles et faisons le bilan, prenons de bonnes résolutions qui ne tiendront que rarement le mois du blanc et faisons la tête des beaux jours en écrivant un post véhément contre le nouvel an comme chaque année parce que voilà moi je m'exprime et j'ai le droit.
Les traditions, ça a du bon, les réunions aussi, l'alcool sans modération moins mais ça malheureusement... Sortez couverts surtout.
Moi ce qui m'interpelle le plus dans le réveillon c'est le coté renouveau de la chose. 31 décembre, fin d'une année, début d'une nouvelle, on efface tout on recommence, on respire car l'année a été rude ou on espère que la suivante sera du même calibre que la précédente.
Plutôt que de me cantonner dans un post rageur du style : « de toute façon faite ce que vous voulez moi j’m’en fous, je boude dans mon coin », je préfère me pencher sur ce coté fascinant de la date.
Si historiquement les débuts d'année ont variés avec joie au gré des religions et des pays, il reste toujours cette date qui marque la fin d'un cycle. Et au delà de la simple datation, c'est le symbole qui fait réfléchir.
En quoi ce jour est il spécial, quelle mystérieuse puissance fait que 10 minutes plus tard les soucis devraient s'arrêter et tout devrait changer du tout au tout ?
EN commençant ce blog je me suis dit tiens... Si je choisissais une date symbolique de commencement, genre 1er janvier 2009... Combien de fois me suis-je dit, tiens je ferais tel truc en début de mois, je commencerais un nouveau scénario début janvier... et pour quoi pas le commencer le 17 décembre ? Quel rite obscur nous pousse à vouloir sacraliser des dates, des jours, des débuts de mois pour interagir avec nos décisions, nos actions, notre vie ? (Insérer coup de tonnerre ou grosse caisse)
Rien pour autant ne diffère un jour d'un autre jour et rien dans la Nature ne permet de croire à un changement particulier lorsqu'un nouveau jour se lève autre que ce dont on va en faire. Pensez donc si finalement voter nouvelle année commence un jour plus tard (quoi que cette année ça sera une seconde plus tard) et pensez à tous ces thèmes astraux qui ont pâti de la disparition de pluton dans la catégorie des planètes...
Tout tient à peu de choses. Les symboles sont des choses fortes mais jamais autant que les actes. Pourquoi remettre donc à 2009 ce que l’on peut faire en 2008.
Amusez vous bien, bonne santé, soyez prudent et soyez gentils.
On se retrouve tous en 2009… Ou dans un jour ou deux.

1 commentaire:

Yeshe a dit…

Nice one JB, you've sufficiently depressed and inspired me! Too true, too true. Good luck with starting your new script. yeshe